La trufandisa deu mandragòt


Un matin d'ivèrn, aporat sus la frinèsta de la bassacula deu vilatge, un gat nere profieita deus arrais d'un magre sorelh quan arriban, d’un costat, paisans dab los lors atelatges e, de l'aute, calhets e borgés dab los lors vailets. Qui de sa gulhada, qui de sa cana, que l’acaçan shens docejà’u, eth qui seré plan demorat un drin mei a la doceta aujor e que s’aprestan a pesar quauques pòrcs, per fin de har pelèras.

Mes aqueth gat nere qu’ei lo Naion Canalhon, lo mandragòt de la Vath-Vielha qui, hòrt picat, promet de non pas deishar las causas atau. A l’escurada, lo hadet que’s desmultiplica en autandes mainadets com de bòrdas. Qu’abreishen totas las sots e las embarras mes las bèstias adromidas n’arremudan pas. Entà desvelhar-las, Naion torna paréisher hens la glèisa e hè soar a brands las campanas. Los pòrcs espaurugats que s’esbarrejan hens lo borg e los bòscs, tot en har domaus e pipauterassas.




La plaisanterie du lutin


Un matin d'hiver, perché sur la bascule du village, un chat noir profite des rayons d'un timide soleil quand arrivent, d'un côté, des paysans avec leurs attelages et, de l'autre, des charcutiers et des bourgeois avec leurs valets. Qui de sa canne, qui de son aiguillon, ils le chassent sans ménagement, lui qui serait bien resté un peu plus à la douce chaleur et ils se mettent en devoir de peser quelques cochons, en vue de prochains pèle-porcs.


Or, ce chat noir c'est Naion Canalhon, le lutin de la Batbielle qui, profondément vexé, se promet bien de ne pas en rester là. La nuit venue, le lutin se démultiplie en autant de gamins que de fermes. Ils ouvrent toutes les soues et les parcs mais les porcs endormis ne bougent pas. Pour les réveiller, Naion réapparaît dans l'église et fait sonner les cloches à toute volée. Les porcs effrayés se répandent dans le village et les bois, tout en faisant quelques menus dégâts et quelques grosses saletés.



Sent-Pançard en Vath-Vielha

Sent-Pançard, au tornar d'Espanha, passa a d’escondetas, véder los amics sons de la Vath-Vielha. Aqueth ser, dab quauques palhassas, que noceja en çò deu Menique deu Bròc, au molin de Benejac e la serada que s’acaba en batèsta de haria omerica. Quan se’n tornan, blancs de pè en cap, qu’entenen a soar las campanas e contrapassan la porcalha qui s’escapa de cap a la seuva.

Hens lo vilatge, que disen qu’ei lo Pèir de Lafon, « lo curat revienent », qui torna permor qu’an vist, aquera nueit, landerejar per la Bacoa hantaumes blancs. Un ric borgés, calhet deu son estat, convençut que - hantaumes o pas - qu’ei au son negòci que’n vòlen, crida la guèrra ad aquestas marmucas. Qu’apresta ua batuda dab un maishant arramat de bandolèrs qui seràn vestits de nere tà non pas estar con-honuts dab la hantomalha. Sent-Pançard e los sons amics en-hariats que s’endostan en las Artigas, sus un vielh pont-canau, envadit peus arromècs. Un ligòt de pòrcs et de pòrcs-sanglars qui vagamondejava peu canton desvia la canhada e que’us sauva la plega.



Saint-Pançard en Batbielle

St-Pançard, de retour d'Espagne, passe en catimini, voir ses amis de la Batbielle. Ce soir-là, avec quelques paillasses, il fait la fête chez Dominique du Broc, au moulin de Bénéjacq et la soirée se termine en bataille de farine homérique. Quand ils rentrent, ils entendent les cloches sonner et croisent les cochons qui fuient vers les bois.

Dans le village, on dit que c'est Pierre Lafon, « le curé revenant », qui est de retour car on a vu, cette nuit-là, errer par la Bacoue des fantômes blancs. Un riche bourgeois, charcutier de son état, persuadé que - fantômes ou pas - c’est à son commerce qu’on en veut, déclare la guerre à ces fantômes.


Il organise une battue avec une bande de malandrins qui seront vêtus de noir pour ne pas être confondus avec eux. St-Pançard et ses amis enfarinés se réfugient dans les "Artigues", sur un vieux pont-canal, envahi par les ronces. Un troupeau de porcs et de sangliers qui vagabondait dans le coin déroute la meute et leur sauve la mise.



Tracanard a Garua

La batuda torna partir la nueit qui segueish e los en-hariats temptan de huéger. Esperats a las Viscosas, que pujan de cap au camin d'Enric, mes lo horc qu’ei guardat peus òmis deu sénher de Garua. Capturats peus ahidats deu Mossur, que son miats au castèth quilhat peu lòc-dit "Casteròt".

Lo Naion Canalhon que l'apren lèu-lèu e decid de'us anar desliurar dab l’ajuda de la hada Clariana e de la broisha Genevisa. Amassats en çò d’aquesta, los tres amics que’s gahan la man, declaman en còr ua formula magica e que’s troban en la segonda tresmudats hens las trapas deu castèth. Mes ací, maishanta suspresa, los carnavalèrs qu’an desapareishut ne deishant pas sus plaça qu'un punhat de confetís e ua botelha vueita. Lavetz, la hada impausa las mans suus hèrs arrapats a la murralha e que sent ua hòrta impression de hred qui’u hè saber per qui son retienuts los presonèrs qui i estén encadenats.



Traquenard à Garue

La battue reprend la nuit suivante et les enfarinés tentent de fuir. Attendus aux Biscouses, ils montent vers le chemin d'Henri IV, mais les bois sont surveillés par les hommes du seigneur de Garue. Capturés par les sbires du noble, ils sont amenés au château dressé au lieu-dit "Castérot".

Naion Canalhon l'apprend bien vite et décide d'aller les délivrer avec l’aide de la fée Clariane et de la sorcière Geneviève. Réunis chez cette dernière, les trois amis se prennent par la main, prononcent en chœur une formule magique et se trouvent dans la seconde transportés dans les oubliettes du château. Mais ici, mauvaise surprise, les carnavaleux ont disparu en ne laissant sur place qu'une poignée de confettis et une bouteille vide. Alors, la fée impose les mains sur les fers accrochés au mur et ressent une forte impression de froid qui lui révèle par qui sont retenus les prisonniers qui y furent enchaînés.

Lo tornar deu rei

Despuish quauques mes, en grand secret, lo castelan que s'ei plaçat devath la proteccion deus tres Gelibres, los enterdius deu Hred, de la Torrada e de la Neu. Quan aquestes aprenen que lo rei deu Carnaval es enter las mans soas, qu’exigen deu sénher que, suu pic, los liura los presoèrs. Aquestes pisha-vinagre aus grans poders, gormands de rigor e d'austeritat, viven en ermitas e hautulan tant e mei la calor e lo gorrinís de Carnaval.

La Genevisa e la Clariana concentran adara los lors poders tà saber lo lòc on estén amiats. E ací los nostes tres compairs que tornan paréisher aus entorns de las cuevas de Bètharram.
    « Hòu, damiseletas ! Espiatz qui arriba per ací ! » s’escrida lo Naion.
Suu camin, que cort un dròlle de capdeth ventorut, a l’anar pataròc e mau assegurat qui a las mans ligadas : Sent-Pançard !
    « Quina hèita, amiguets ! - ce’us ditz - Que’m soi escapat mes los compairs mens que son tostemps presoèrs… aquiu ! Sus aquesta nubla arrapada a la montanha ! Quina hèita, hò, la, la, la, la ! Quina hèita !»  


Le retour du roi

Depuis quelques mois, en grand secret, le châtelain s'est placé sous la protection des trois Frimas, les demi-dieux du Froid, du Gel et de la Neige. Quand ceux-ci apprennent que le roi du Carnaval est entre ses mains, ils exigent du seigneur que, dare-dare, il leur remette les prisonniers. Ces rabat-joie aux grands pouvoirs, amateurs de rigueur et d'austérité, vivent en ermites et réprouvent au plus haut point la chaleur et la débauche de Carnaval.

Geneviève et Clariane concentrent maintenant leurs pouvoirs pour connaître le lieu où ils ont été conduits. Et voici nos trois compères qui réapparaissent aux abords des grottes de Bétharram.
    « Hé, les filles ! Regardez qui vient par ici ! » s’écrie Naion.

Sur le chemin, court un gros personnage à l’allure pataude et mal assurée qui a les mains liées : Saint-Pançard !
    « Quelle histoire, mes amis ! - leur dit-il - J’ai réussi à m’enfuir mais mes compères sont toujours prisonniers… là ! Sur ce nuage accroché à la montagne ! Quelle histoire, oh, la, la, la, la ! Quelle histoire !»  


La nubla-preson

E lo rei deu Carnaval, un còp desbarrassat deus sons ligams, que’s hica a contar la soa benalèja :
    « Los brigands que’ns an hèit pujar hens ua catava e que’ns an miats près d’ací on nos esperavan, cap a un crum, tres personatges estranhs, ua traca d’ermitas, d’ua talha impressionanta, magres com cans de praube et hreds com pèiras tombaus. Que’ns an possats hens aquesta dròlla de nubla on tòrra a escalhar las pèiras e que s’ei hicada a pujar... a malaise - que deví estar tròp pesuc, de segur ! - e puish qu’ei avut mau de còr dinc a hà’m tornar las tripas sus un deus ermitas. L’aulor que’us a tant desaplomats que lo lor poder que s’ei enraiat. La nubla que torné baishar ; qu’es aquiu que’m soi escapat. Mes los mens amics ne’s mautén pas e lo crum que torné pujar d’un còp tant lèu que’n soi cadut. 
    - Que son los tres Gelibres, enterdius au grans poders, au mei chic quan demoran a l’empara de las calorassas. Tu, que t’i es plan escadut, mes quin van virà’s los tons amics ? ce ditz la Clariana.



Le nuage-prison

Et le roi du Carnaval, une fois débarrassé de ses liens, se met à raconter son aventure :
    « Les brigands nous ont fait monter dans une charrette et nous ont conduits près d’ici où nous attendaient, devant un nuage très épais, trois personnages bizarres, des sortes d’ermites, d’une taille impressionnante, maigres comme des échalotes et froids comme des pierres tombales. Ils nous ont poussés dans ce drôle de nuage où il gelait à pierre fendre et il s’est mis à monter... difficilement - je devais être trop lourd, sans doute ! - et puis j’ai eu un haut-le-cœur et j’ai vomi sur l’un des ermites. L’odeur les a tellement déstabilisés que leur pouvoir s’est enrayé. Le nuage est redescendu ; c’est là que je me suis enfui. Mais mes comparses n’ont pas réagi et le nuage est remonté d’un coup dès que j’en suis tombé. 
    - Ce sont les trois Frimas, des demi-dieux aux grands pouvoirs, du moins tant qu’ils restent à l’abri des fortes chaleurs. Toi, tu as eu de la chance, mais que vont devenir tes amis ? dit Clariane.


Lo huec de chepics

    - Uèratz ! Lo crum qu’a deishat de pujar e que sembla amarrat sus aqueste planeròt deu candau. Que’m supausi que los Gelibres i deven aver ua estujadera, horneish la Genevisa. Se'n hèm pas arren, los praubòts que van petar de hred, en aquesta nebulosa torrada qui serveish de preson !
    - Que la caleré har evaporar… Ua bona calorassa achicaré los ermitas e alargaré los palhassas, perpausa la Clariana.
    - Hèm un huec de chepics, un gran huec de chepics, un huec de carnaval ! s’escrid lo Naion.
    - Excellenta idea ! aprovan la hada e la broisha. Amassam los amics nostes e atraçam shens trigar tots los chepics de la plana. »

E atau que serà hèit. Vosautes tanben, acampatz los chepics vòstes. Que’us ve tiraram deu puisheu e queth huec balharà tant de calor que la nubla honerà, que los Gelibres perderàn totas las loas fòrças e que los palhassas, desliurats, que’s desvelharàn sus la gèrba deu planèr.  




Le feu de soucis

    - Regardez ! Le nuage a cessé de monter et semble bloqué sur ce petit plateau à flan de montagne. Je suppose que les Frimas doivent y avoir un repaire, ajoute Geneviève. Si nous ne faisons rien, les pauvres diables vont mourir de froid, dans cette nébuleuse glacée qui tient lieu de prison !
    - Il faudrait la faire évaporer… Une très grosse chaleur affaiblirait les ermites et libèrerait les paillasses, suggère Clariane
    - Faisons un feu de soucis, un grand feu de soucis, un feu de carnaval ! s’écrie Naion.

    - Excellente idée ! approuvent Clariane et Geneviève. Rassemblons nos amis et ramassons sans tarder tous les soucis de la plaine. »

Et ainsi sera-t-il fait. Vous aussi, recueillez vos soucis. Ils vous en débarrasseront et ce feu produira une telle chaleur que le nuage fondra, que les Frimas perdront toutes leurs forces et que les paillasses, délivrés, se réveilleront sur l’herbe du plateau.


Table of Contents