Lo reiaume de Dauna Babèt en mauparada

Hens ua esclarida deu bòsc, la Babèt, reina de las abelhas, velhava suu laboriós monde son. Bastidors, butinaires, soldats, tots los subjèctes sons que combatèvan entau ben de tots. Mes, còp sec, un èste estranh, dab ua clèca roja, ua boca potarruda e ua pèth de sèrp d’un beròi verd de poma, que sorteish de las huelhadas, l’uelh absent e l’anar pataròc : qu’ei lo Clècapotina, un babau autant maishant com pèc. De las soas patassas, que’s hica a capvirar tots los bornacs, aus pilhar e a esglaishar las abelhas qui s’i hèn tad en sortir.

Branlabaish de combat ! La reina mobiliza las tropas soas e las envian assautar lo monstre. Ailàs ! Las abelhas pican en balas e au pretz de la loa vita las escatas espessas de la bèstia. Qu’ei un malastre ! La Babèt que possa un gran crit de destressa qu’arrés ne pòt enténer… sonque quauqu’un qui arriba de tira : Naion Canalhon !

Le royaume de Dame Babeth en danger

Dans une clairière du bois, Babeth, reine des abeilles, veillait sur son monde laborieux. Bâtisseurs, butineurs, soldats, tous ses sujets se démenaient pour le bien de tous. Mais, soudain, un être étrange, avec une crête rouge, des lèvres lippues et une peau de serpent d’un beau vert pomme, sort des frondaisons, l’œil absent et l’allure pataude : c’est Clèquepoutine, un croquemitaine aussi méchant que sot. De ses grosses pattes, il commence à renverser toutes les ruches, à les piller et à écraser les abeilles qui tentent d’en sortir.

Branle-bas de combat ! La reine mobilise ses troupes et les lance à l’assaut du monstre. Hélas ! Les abeilles piquent en vain et au prix de leur vie les écailles épaisses de la bête. C’est un désastre ! Babeth pousse un grand cri de détresse que personne ne peut entendre… sauf quelqu’un qui arrive aussitôt : Naion Canalhon !

L'engana deu Naion

Lo mandragòt noste crida viahòra a un batalhon de parpalhons qui ei encargat hens la minuta de destrigar lo babau. Mentre que dansejan tots per devath lo son nas, Naion estaca a la coa soa ua cordilhada de petards e que's pressa deus alugar. Pim, pam, pom ! Clècapotina, espaventat com ua garia qui a vist la vop, que’s hica a córrer com un hòu, hens ua humatèra e un tarabast qui non s’acaba pas. Qu’arriba au gave de Pau e que’s gèta a l’aiga permor que pensa qu’un gran huec qu’ei a sa perseguida. Quan lo son esglàs s’apatza enfin, que cerca endost sus ua isleta d’arrebòts, tà suenhar la coa soa qui n'a pas atraçat - qu'ac cau díser - que petitas cremaduras.

En aqueras, hens los bòscs, las abelhas susviventas, aidadas peus parpalhons, las volamarias, las purnaishas, los sirfes e tots los lors amics insèctes, ensajant de sauvar çò de rescapat de la tuadera.

La ruse de Naion

Notre lutin appelle à la rescousse un bataillon de papillons qui est chargé dans la minute de distraire le croquemitaine. Tandis qu’ils dansent tous sous son nez, Naion attache à sa queue une ribambelle de pétards et il se dépêche de les allumer. Pim, pam, poum ! Clèquepoutine, épouvanté comme une poule qui a vu le renard, se met à courir comme un fou, dans un nuage de fumée et un tintamarre qui n’en finit pas. Il arrive au gave de Pau et se jette à l’eau car il pense qu’un grand feu est à sa poursuite. Quand sa frayeur se calme enfin, il cherche refuge sur un îlot de galets, pour soigner sa queue qui n’a subi - il faut le dire - que de petites brûlures.

A ce moment-là, dans les bois, les abeilles survivantes, aidées par les papillons, les coccinelles, les punaises, les syrphes et tous leurs amis insectes, essaient de sauver ce qui a réchappé au massacre.

La tradida deu Croac

Lo broish Pèlaminon qu’amassava, per la saliga, quauquas plantas toxicas tà preparar los sons posons. Erba de la gala, mandragòra, cojarassa… que las coneish totas. Tot d’un còp, qu’aperceb lo babau qui torna sus la riba deu gave.

   - Alavetz, Clècapotina, que’t banhas enqüèra hens aquestas aigas hredas ?
   - Que soi estat atacat per un gran dragonàs espetarrant !
   - Vam, vam, mon amic ! Los dracs, que son invencions deus umans tà har paur aus mainats.

Un escarcanh tapatjós que’us aresta lavetz e un gran corbaish nere que se’n vien pausar sus l’espatla deu broish. Qu’ei lo Croac que las bèstias deus bòscs espiavan com un amic fidèu ! Que’us explica qu’a tot vist e que’us conta com lo Naion e los insèctes qu’an ahueiat lo babau qui, vergonhós, vad tout roi suu pic.

La trahison de Crouac

Le sorcier Pèleminou ramassait, dans la saligue, quelques plantes toxiques pour préparer ses poisons. Morelle noire, mandragore, bryone… il les connaît toutes. Soudain, il aperçoit le croquemitaine qui revient sur les berges du gave.

   - Alors, Clèquepoutine, tu te baignes encore dans ces eaux froides ?
   - J’ai été attaqué par un énorme dragon pétaradant !
   - Allons donc, mon ami ! Les dragons sont des inventions humaines pour effrayer les enfants.

Un ricanement bruyant les interrompt alors et un grand corbeau noir vient se poser sur l’épaule du sorcier. C’est Crouac que les animaux des bois tenaient pour un ami fidèle. Il leur explique qu’il a tout vu et leur raconte comment Naion et les insectes ont fait fuir le croquemitaine qui, honteux, vire au rouge aussitôt.

La venjança deu Clècapotina

Pendent que Pèlaminon suenha la coa deu son amic dab quauquas bonas potingas de la soa compausicion, lo babau arremastega ua venjança :

   - Tu qui as tant de poders, ne poderès pas enviar un gran chepic plan tinhós aus abitants de tota traca de la Vath-Vielha ?
   - Un gran chepic ? Shens problèma ! Un beròi chepicàs qui boha lo hred de l’ivern, qui devora tot, qui destruseish tot çò qui’s mauta ? Espèra un drin, babalàs, que vas véder !

Pèlaminon que’s va estujar darrèr ua tuha de sauces. Que s’enten en purmer com ua leugèra petrilhada, puish un boriment hornit, en seguir un shiulat puishant e, enfin, un gran pet tarrible qui hè uglar a la mort tots los cans deu vesiat. Au sus de la sauceda, apareish alavetz un cap nere pelut, dab granas aurelhas e uelhs de brasa. Lo babau e lo corbaish ne poden retiéner ua estrèita d’esglàs.

La vengeance de Clèquepoutine

Tandis que Pèleminou soigne la queue de son ami avec quelques bonnes pommades de sa composition, le croquemitaine rumine une vengeance :

   - Toi qui as tant de pouvoirs, tu ne pourrais pas envoyer un grand souci bien teigneux aux habitants de tous poils de la Vath-Vielha ?
   - Un grand souci ? Sans problème ! Un bon gros souci qui souffle le froid de l’hiver, qui dévore tout, qui détruit tout ce qui bouge ? Attends un peu, mon gros croquemitaine, tu vas voir !

Pèleminou se réfugie derrière un bouquet de saules. On entend d’abord comme un crépitement léger, puis un bouillonnement fourni, ensuite un sifflement puissant et, enfin, une explosion terrible qui fait hurler à la mort tous les chiens du voisinage. Au-dessus des saules, apparaît alors une tête noire velue, à grandes oreilles et aux yeux de braise. Le croquemitaine et le corbeau ne peuvent retenir un frisson d’effroi.

Un chepic deus granàs

Lo chepic s'arronça capvath lo ridèu d’arbos e que’s hica a córrer hens lo gave e sus las arribèras, lhevant nubes d’arrebòts e desarrigant los sauces e los hrèishos. Au pont d’Assat, que s’estanca tà banhà’s. Mes de tant qu’ei bèth que provoca ua inondacion qui, en miant hens lo briu los arbos caduts, pren endom, los vegetaus vienen, a tu per jo, boçar la mair deu gave.

Naion Canalhon sapta iròlas dab Genevisa, au còrn deu huec, quan surgeish, hens la maison de la broisha, Dauna Babèt, tota desalenada.
   - Que’t cerqui pertot, Naion ! La vath que’s nega… Un chepicàs tot nere, tot bavassut, qui possa crits suberaguts e qui boha lo hred de l’ivèrn, a boçat lo pont d’Assat e que se’n torna partir au capsús, en esglaishant tot au son passatge.
   - Que t’ac disí, l'amiga Genevisa : Clècapotina se venja. Que cau destrusir aqueste chepic.
   - Que’t demora petards ? Que s’i vam ajustar ua podra de la mea fabricacion qui auré d’estar pro poderosa entau desintegrar.

Un bien gros souci

Le souci bondit à travers le rideau d’arbres et se met à courir dans le gave et sur les berges, faisant voler des nuages de galets et déracinant les saules et les frênes. Au pont d’Assat, il s’arrête pour se baigner. Mais il est si gros, qu’il provoque une inondation qui, en entraînant dans le flot les arbres arrachés, prend de l’ampleur, les végétaux venant à leur tour obstruer le lit du gave.

Naion Canalhon déguste des châtaignes grillées avec Geneviève, au coin du feu, quand surgit, dans la maison de la sorcière, Dame Babeth, toute essoufflée.
   - Je te cherche partout, Naion ! La vallée s’inonde… Un énorme souci tout noir, tout baveux, qui pousse des cris suraigus et qui souffle le froid de l’hiver, a bouché le pont d’Assat et il repart en amont, en écrasant tout sur son passage.
   - Je te le disais, mon amie Geneviève : Clèquepoutine se venge. Il faut détruire ce souci.
   - Il te reste des pétards ? Nous allons y rajouter une poudre de ma fabrication qui devrait être assez puissante pour le désintégrer.

La caça deus chepics

Naion, Genevisa e Babèt organizan las tornas. Un escadron d’abelhas, ua seccion de vèspas e armadas de moscas, sirfes e brossalons, que parteishen a la cèrca deu monstre. La maishanta creatura qu’ei viste desemboscada. Las tropas s’amassan e la bombardan de petards. Hens un gran huec d’artifici, lo chepic que peta alavetz, espariclant per tot lo canton milèrs de petits grans neres. Mes tots aquestes brigalhs que son en realitat autan de chepicons qui, ajustats los uns aus autes, representan, tà la vath, un perilh tant gran com lo que vienen d’espartir.
   - Que’us cau amassar un per un, ce ditz Naion aus sons amics amassats en conselh de guèrra.
   - Mes que son milèrs - que disi - milions ! s’i hè Sent-Pançard, tot en servant-se un vèire.
   - Mes qu’em milions a víver ací, respon la Babèt, si contam tots los amics nostes, de peu, de plumas, d’escatas, volant, sautant, serpejant…
   - Qu’as rason ! repren Genevisa. Mobilizam totas las bestiòtas deu parçan : ahromigas e murguetas, escargòlhs e limacs, graulhas e ausèths... taus amassar tots e n’en har un gran huec peu carnaval. E au parat, hèm tornar la prima puishque - qu'ac sabetz tots - los chepics, en bruslar, balhan ua calorassa bona a desvelhar un sorelh adromit.

La chasse aux soucis

Naion, Geneviève et Babeth organisent la riposte. Un escadron d’abeilles, une section de guêpes et des armées de mouches, de syrphes et de frelons, part à la recherche du monstre. La méchante créature est vite débusquée. Les troupes se rassemblent et la bombardent de pétards. Dans un grand feu d’artifice, le souci explose alors, dispersant dans toute la région des milliers de petits grains noirs. Mais tous ces débris sont en réalité autant de petits soucis qui, ajoutés les uns aux autres, représentent, pour la vallée, un aussi grand danger que celui que l’on vient d’écarter.
   - Il faut les ramasser un par un, dit Naion à ses amis assemblés en conseil de guerre.
   - Mais ils sont des milliers - que dis-je - des millions ! s’écrie Saint-Pançard, en se servant à boire.
   - Mais nous sommes des millions à vivre ici, répond Babeth, si l’on compte tous nos amis à poils, à plumes, à écailles, volant, sautant, rampant…
   - Tu as raison ! reprend Geneviève. Mobilisons toutes les bestioles du coin : fourmis et souris, escargots et limaces, grenouilles et oiseaux... pour les ramasser tous et en faire un grand feu lors du carnaval. Et à l'occasion, faisons revenir le printemps puisque - vous le savez tous - les soucis, en brûlant, donnent une chaleur apte à réveiller un soleil endormi.

Table of Contents