Guilhem de Trucahòrt

Que i avè, autes còps, en Vath-Vielha, abans mêma la creacion de las bastidas, ua borgada de pela-cans, amassada au pè d’un casteròt. Lo Guilhem de Trucahòrt qu’i senhorejava de maishanta faiçon. Qu’avè en hasti tant los òmis com las bèstias. Non portava interès sonque taus cans de caça. Que’n avè tot un tropèth. A l’entorn, lo petit monde que crevava la hami, obligat qu’èra de’u balhar ua bona part de las recòltas. Lavetz, mantuns, au bèth miei de l’ivern, que gahavan un can deu castèth, tà har minjar drin de carn a la soa familha.

Un ser, Trucahòrt, dab lo chivau e la muta, perseguiva un gran cèrvi, au bòsc de Bricon. La prauva bèstia qu’arribè hens ua larga esclarida on pacavan aulhadas. En sautant d’ençà, d’enlà, que semiè un gran desordi au miei deu tropèth e los cans deu senhor que’n estén tant apaurits e tant destorbats que deishèn huéger l’animau encornat.
  



Guillaume de Frappefort

Il y avait, autrefois, en Batbielle, avant même la création des bastides, une bourgade de pèle-chiens, regroupée autour d'un petit château. Guillaume de Frappefort y régnait de méchante façon. Il avait en horreur autant les hommes que les bêtes. Il ne portait intérêt qu'aux chiens de chasse. Il en avait tout un troupeau. Aux alentours, le petit monde mourait de faim, obligé de lui donner une bonne part des récoltes. Alors, plus d'un, au beau milieu de l’hiver, attrapait un chien du château, pour faire manger un peu de viande à sa famille.


Un soir, Frappefort, avec le cheval et la meute, poursuivait un grand cerf, dans le bois de Briquou. La pauvre bête arriva dans une large clairière où paissaient des brebis. En sautant deçà, delà, il sema un grand désordre au milieu du troupeau et les chiens du seigneur en furent si effrayés et si troublés qu'ils laissèrent fuir l’animal bien encorné.




L'affront

Lo senhor, esmaliciat per l’ahar, qu’avisè los aulhèrs. Que hè virar lo son chivau e que’s lancè entad eths, l’espada lhevada. Sus ua mureta de pèiras, un mainadet tranquilòt qu’espiava la sèna, ua hona a la man. Shens amanejà’s briga, que tirè un esquilhòt de la pòcha e shens nada preparacion que l’arroncè, còp sèc, sus lo mus deu chivau. Aqueste, plan endolorit, que’s cabrè e lo Guilhem que cadó lordament. Que’s tornè lhevar dab granas dificultats e que cerquè la soa espada. Lo mainat s’esclacassava d’arríder. Lo senhor s’apressè, l’espada miaçanta. Mes quan arribè au ras deu dròlle, hens un eslambrec, que’s transformè en gat : un beròi gat tot blanc qui sautè darrèr la mureta.
   « A Diu me dau ! Lo Naion Canalhon ! Ací, los cans ! Engolitz aqueth moquirós ! »

En efèit, aqueste mainat trufandèc qu’èra lo mandragòt de la Vath-Vielha, un mandragòt qui aima plan los gats e qui pren sovent las loas aparencias. La tropa de cans, esparriclada per las aulhas, cercava en balas la pista deu cèrvi, peu miei de la seuva e ne responó pas.





L'affront

Le seigneur, courroucé par l’affaire, aperçut les bergers. Il fit tourner son cheval et se lança vers eux, l’épée levée. Sur une murette de pierres, un enfant tout calme regardait la scène, une fronde à la main. Sans trop se presser, il sortit une noix de la poche et sans aucune préparation il la lança sur le museau du cheval. Celui-ci, sous la douleur, se cabra et Guillaume chuta lourdement. Il se releva à grand peine et chercha son épée. L'enfant riait aux éclats. Le seigneur s’approcha, l’épée menaçante. Mais quand il arriva près du gamin, dans un éclair, il se transforma en chat : un joli chat tout blanc qui sauta derrière la murette..




   « A Dieu je me donne ! Naion Canalhon ! Ici, les chiens ! Dévorez ce morveux ! » En effet, cet enfant moqueur était le lutin de la Batbielle, un lutin qui aime bien les chats et qui prend souvent leurs apparences. La troupe de chiens, éparpillée par les brebis, cherchait en vain la piste du cerf, au milieu de la forêt et ne répondit pas.



Un gat, dus gats, tres gats...

Lo Trucahòrt hè lo torn deu mur, mes darrèr n’i trobè pas qu’un gat negre qui nhaulè dab grana força. Que s’estanquè susprés e lo gat que’n profieitè tà partir estujà’s darrèr un hau. Mes quan lo senhor arribè que’n sortí, un gat tigrat qui possava piulejants aperets. E, tot d’un còp, ua nublada de gats de totas colors que s’atropè, ad aquestes crits, a l’entorn deu maishant òmi. Lo brigandàs espantat qu’estè obligat de s’en tornar au mei viste, deishant mêma la soa espada sus plaça. Quina paur ! Que'n pregava Sent-Plorador ! Tot vergonhós d’aqueste afront, Lo Guilhem que s’arromegava las tornas. Que’n volè au mandragòt, mes tanben a tots los gats de la Vath-Vielha. Chic a chic, ua tesicosa idea envadiva son esperit : que volè har crevar tots los gats deu parçan e dab eths lo mandragòt tant espudit.

Un dia, que s’en anè trobar lo broish Pèlaminon e que’u contè sa trista benaleia. Qu'èra un òmi deu medish escantilh, maishant e poderós. Que portava tostemps un bonet e ua grana manta de pèths de gats qui'u valèn aqueth nom.
   « Que’vs voletz desbarassar de la gateria ? Non vedi pas tad aquò qu’ua malaudia, ua epidemia tarrible… Qu’avi entenut a parlar de la « pèsta deu gat » qui semiava la mortalha peu miei deus popa-lèit.

Un chat, deux chats, trois chats...

Frappefort fit le tour du mur, mais derrière il ne trouva qu'un chat noir qui miaulait très fort. Il s'arrêta surpris et le chat en profita pour partir se cacher derrière un hêtre. Mais quand le seigneur arriva, il en sortit, un chat tigré qui poussait de perçants appels. Et, tout d’un coup, une nuée de chats de toutes les couleurs s’attroupa, à ces cris, autour du méchant homme. Le brigand épouvanté fut obligé de battre en retraite au plus vite, laissant même son épée sur place. Quelle peur ! Il priait même Saint-Plouradou !


Tout honteux de cet affront, Guillaume ruminait sa revanche. Il en voulait au lutin mais également à tous les chats de la Batbielle. Petit à petit, une idée obsédante envahit son esprit : il voulait exterminer tous les chats du coin et avec eux le lutin si détesté.

Un jour, il s’en alla trouver le sorcier Pèleminou et lui raconta sa triste mésaventure. C'était un homme du même acabit, méchant et puissant. Il portait toujours un bonnet et un grand manteau en peaux de chats qui lui valaient ce nom.
   « Vous voulez vous débarrasser de toute la chatterie ? Je ne vois pour cela qu'une maladie, une épidémie terrible… J'avais entendu parler de la « peste du chat » qui faisait des ravages chez les suce-lait...


Hens la tuta

Lo mau qu’èra espandit peus arrats e murguetas mes non tuava pas que los gats qui’us minjavan. E, doncas, la ratonalha que’s passava lo gèrme e, de cibòt en cosseja, la pèsta que s’espartiva hens lo parçan. N’i a pas qu’ua causa qui l’estanca : un cambiament brutós de temperatura. Ua grana torrada o ua sopte ensorellhada que sufeishen tà l’amortir.
    « — Hèra plan ! Qu’ei çò qui calerè ! Mes quin vatz har tà trobar aqueth... « gèrme » ?
    — Qu’ei lo men ahar. Deishatz-me quauquas setmanas tà preparar la causa. »

Tad aver las bonas condicions de temperatura, que s’en anè installar un laboratòri hens ua tuta deu costat de « l’Uelh deu Beez ». E que’s hiquè au tribalh. Que partí dus o tres dias, dab caishas, escripets e ratièras, puish, au tornar, que preparè bolhons de cultura. La soa taula qu’èra encombrada de pilons, de botas, d’esprovetas, de botelhons, de topins… L’aire s’amantolava de hum e de maishantas aulors. Sus quauquas barricas pudentas, que s’empilavan cujòlas de murguetas e arrats e, de temps en quan, que'n picava un dab ua grana siringa. Au cap d’un mes, Lo Guilhem de Trucahòrt que tornè a la tuta de Capbis, tot amarós :
    « Mes que hètz ? N’i em pas enqüèra ?
    — Tot qu’ei lis ! Que’m cau totun ua setmana o duas tà tot preparar. Qu’ei reviscolat lo gèrme, adara qu'ei, en permèr, de multiplicar la soca. Après, que calerà passar lo mau a tots los arroganhadors embarrats hens aquestas cujòlas aci-darrèr.


Dans la grotte

Le mal était répandu par les rats et les souris mais ne tuait que les chats qui les mangeaient. Et, donc, les rongeurs se passaient le germe et, de fil en aiguille, la peste gagnait du terrain. Il n'y a qu'une chose qui l'arrête : un changement brutal de température. Une forte gelée ou une canicule subite suffisent à l’éteindre.
    « — Très bien ! C'est ce qu'il faudrait ! Mais comment ferez-vous pour trouver ce... « germe » ?
    — C'est mon affaire. Laissez-moi quelques semaines pour préparer la chose.

Pour avoir les bonnes conditions de température, il s’en alla installer un laboratoire dans une grotte, du côté de « l’Oeil du Béez ». Et il se mit au travail. Il partit deux ou trois jours, avec des caisses, des pièges, des ratières, puis, au retour, il prépara des bouillons de culture. Sa table était encombrée de pilons, de gourdes, d’éprouvettes, de petites bouteilles, de pots de terre… L’air se chargeait de fumée et de mauvaises odeurs. Sur quelques barriques puantes, s’empilaient des cages de souris et de rats et, de temps en temps, il en piquait un avec une grande seringue. Au bout d’un mois, Guillaume de Frappefort revint à la grotte de Capbis, très amer :
    « Mais que faites-vous ? On n'y est pas encore ?
    — Tout va bien ! Il me faut toutefois une semaine ou deux pour tout préparer. J'ai réactivé le germe, je dois maintenant multiplier la souche. Après, il faudra passer le mal à tous les rongeurs enfermés dans les cages ici-derrière.


Peudeseda

Ne’ns demorarà pas mei que desliurar los arrats. Qu'arriba Carnaval. En aquèth temps de desordi, que’ns serà aisit de'us deishar partir hens las cavas e los solèrs de la vila. »

Ad aqueste moment, quauquarren que craquè au darrèr de las barricas.
    « Quauqu’un ací au hons ? Un espion ? » marmusè lo Guilhem en s’apresant a tot doç. Que desgainè son espada. Un gat guimbè de l’escur e s’escapè autalèu.
    « N’ei pas qu’un gat ! ce ditz lo Guilhem. Jo dejà qu’ei hèra de mau tà seguir las toas futuristas teorias. Pensas alavetz un gat ! N’i a pas arren a cranher. Torna's au trivalh e amaneja-te drin ! »

Segur lo noste gat, Peudeseda, n’avè pas tot comprès, mes çò qu’avè plan entenut qu’èra lo perilh d’ua grana malaudia peus gats. Que calè har quauquarren mes on trobar l’ajuda ? Que’n parlè dab los sons amics ronronejaires encontrats sus lo camin de tornar e la magèr part pensava que’n calè parlar au Naion Canalhon.



Poildesoie

Il ne nous restera plus qu'à libérer les rats. Carnaval approche. En ce temps de désordre, ce sera facile de les lâcher dans les caves et les greniers de la ville. »

A ce moment, quelque chose craqua par derrière les barriques.
    « Quelqu’un ici au fond ? Un espion ? » murmura Guillaume en s’approchant doucement. Il dégaina son épée. Un chat surgit de l’obscurité et s’enfuit aussitôt.


    « Ce n'est qu’un chat ! dit Guillaume. Moi déjà, j'ai beaucoup de mal à suivre tes théories futuristes. Pense alors un chat ! Il n'y a rien à craindre. Retourne au travail et dépêche-toi un peu !»

Pour sûr, notre chat, Poildesoie, n’avait pas tout compris, mais ce qu’il avait bien saisi c'était le péril d'une grande maladie pour les chats. Il fallait faire quelque chose, mais où trouver de l'aide ? Il en parla avec ses amis ronronneurs sur le chemin du retour et la plupart pensait qu’il fallait en parler à Naion.


Genevisa

Mes on trobar aqueste mandragòt qui’s pòd transformar e desaparéisher ? Peudeseda decidè d’anar véder lo Glapamurgueta, lo gat blanc de la broisha Genevisa. Tots dus que s’acordèn tà la har interviéner :
    « No te’n hasca, Peudeseda, dab la Genevisa que’s comprenem, que parlam sovent… si, si ! que’u he Glapamurgueta. Que vam apitar ua amassada de gats dab lo Naion e la Genevisa.»

E atau que’s passè. Ua nueit, hens lo solèr de la broisha, qu’arribén un centenat de gats de totas colors. Naion e son amiga qu’èran dejà sus plaça. Peudeseda que contè tot çò qu’avè vist e entenut. La broisha que l’escotava e que cercava en parelh temps hens un beròi libe provassut :
    « Amics, que coneishi l’òmi : qu’ei lo broish Pelaminon. S’ei plan comprès, que cerca a espandir la « pèsta deu gat », ua tarrible malaudia. Dab lo Trucahòrt, que van ensajar d’alargar arrats e murguetas qui portan lo mau, lo dia de Carnaval.
    — Ne vam pas poder mei minjar la ratonalha ! C’i hén los animaus mostaishuts.


Geneviève

Mais où trouver ce lutin qui peut se transformer et disparaître ? Poildesoie décida d’aller voir Bouffesouris, le chat blanc de la sorcière Geneviève. Tous deux s’accordèrent pour la faire intervenir :
    « Ne t’en fais pas, Poildesoie, avec Geneviève nous nous comprenons, nous parlons souvent… si, si ! fit Bouffesouris. Nous allons organiser une assemblée de chats avec Naion et Geneviève.»

Et ainsi fut fait. Une nuit, dans le grenier de la sorcière, arrivèrent une centaine de chats de toutes couleurs. Naion et son amie étaient déjà sur place.

Poildesoie raconta tout ce qu’il avait vu et entendu. La sorcière l’écoutait et cherchait en même temps dans un gros livre poussiéreux :
    Amis, je connais l’homme : c’est le sorcier Pèleminou. Si j’ai bien compris, il veut répandre la « peste du chat », une terrible maladie. Avec Frappefort, ils vont essayer de relâcher des rats et des souris qui portent le mal, le jour de Carnaval.
    — Nous ne pourrons plus manger de rats ! firent les animaux moustachus.


Que cau har ?

Ne’ns demorarà pas mei que desliurar los arrats. Qu'arriba Carnaval. En aquèth temps de desordi, que’ns serà aisit de'us deishar partir hens las cavas e los solèrs de la vila. »

Ad aqueste moment, quauquarren que craquè au darrèr de las barricas.
    « Quauqu’un ací au hons ? Un espion ? » marmusè lo Guilhem en s’apresant a tot doç. Que desgainè son espada. Un gat guimbè de l’escur e s’escapè autalèu.
    « N’ei pas qu’un gat ! ce ditz lo Guilhem. Jo dejà qu’ei hèra de mau tà seguir las toas futuristas teorias. Pensas alavetz un gat ! N’i a pas arren a cranher. Torna's au trivalh e amaneja-te drin ! »

Segur lo noste gat, Peudeseda, n’avè pas tot comprès, mes çò qu’avè plan entenut qu’èra lo perilh d’ua grana malaudia peus gats. Que calè har quauquarren mes on trobar l’ajuda ? Que’n parlè dab los sons amics ronronejaires encontrats sus lo camin de tornar e la magèr part pensava que’n calè parlar au Naion Canalhon.



Que faut-il faire ?

Il ne nous restera plus qu'à libérer les rats. Carnaval approche. En ce temps de désordre, ce sera facile de les lâcher dans les caves et les greniers de la ville. »

A ce moment, quelque chose craqua par derrière les barriques.
    « Quelqu’un ici au fond ? Un espion ? » murmura Guillaume en s’approchant doucement. Il dégaina son épée. Un chat surgit de l’obscurité et s’enfuit aussitôt.


    « Ce n'est qu’un chat ! dit Guillaume. Moi déjà, j'ai beaucoup de mal à suivre tes théories futuristes. Pense alors un chat ! Il n'y a rien à craindre. Retourne au travail et dépêche-toi un peu !»

Pour sûr, notre chat, Poildesoie, n’avait pas tout compris, mais ce qu’il avait bien saisi c'était le péril d'une grande maladie pour les chats. Il fallait faire quelque chose, mais où trouver de l'aide ? Il en parla avec ses amis ronronnants sur le chemin du retour et la plupart pensait qu’il fallait en parler à Naion.


Carnaval

— E non… Hà ! Esperatz drin… Que legi ací ? Quin poderèi explicar la causa ? Lo gèrme d’aqueste esglàs qu’a ua flaquessa : qu’ei sensible a las variacions de la temperatura. Las hòrtas que’u destruseishen.
— Mes alavetz, cridè lo Naion, se hèm un gran huec de chepics, que vam produsir ua grana calor e tuar aqueth gèrme mauhasenc !
— Mes perqué har bruslar chepics ? Ce ditz Blancaneu, lo gat negre.
— Permor - mes qu’at sabetz tots ! - los chepics au huec balhan mei de calor que la lenha, lo papèr o lo carbon. »
La causa qu’èra dita. Mes que calè trobar pro de chepics. Que calè anar cercar tots los sons amics e los amics de los sons amics. Que calè hicar caishas d’amassar los chepics pertot on i passa monde.
« Anem amics, tots au tribalh ! E rendetz-vos a Nai, tau Carnaval ! » c’i hè la Genevisa.

E tu, amic, qui lei aqueste conte, que pòdem contar dab tu ? Ça-i t’au Carnaval, porta los tons chepics e desguisa-te en gat ! S’encontrem lo Trucahòrt, quan vederà tant de gats que huegerà un còp de mei...



Carnaval

— Et non… Ah ! Attendez un peu… Qu'est-ce que je lis ici ? Comment pourrais-je l'expliquer ? Le germe de ce fléau a un point faible : il est sensible aux variations de température. Les fortes le détruisent.
— Mais alors, cria Naion, si nous faisons un grand feu de soucis, nous allons produire une grande chaleur et tuer ce germe malfaisant !
— Mais pourquoi faire brûler des soucis ? dit Blancheneige, le chat noir.


    — Parce que - mais vous le savez tous ! - les soucis au feu donnent plus de chaleur que le bois, le papier ou le charbon. »
La chose était dite. Mais il fallait trouver assez de soucis, aller chercher tous ses amis et les amis de ses amis. Il fallait mettre des boîtes pour ramasser les soucis partout où il passe du monde.
« Allons amis, tous au travail ! Et rendez-vous à Nay, pour Carnaval ! » s'écria Geneviève.

Et toi, ami, qui lis ce conte, nous pouvons compter sur toi ? Viens au Carnaval, porte tes soucis et déguise-toi en chat ! Si nous rencontrons Frappefort, quand il verra tant de chats il s'enfuira une fois encore...


Table of Contents