Première saison : la création de Nay

C’était la nuit de la Saint-Jean et la lune brillait joliment, sur la lande de Garue. Dominique, rompu de fatigue, cherchait en vain le sommeil. Tout d’un coup, il sentit un petit souffle au ras de son oreille. Il se leva d’un bond et, aussitôt, un écu d’or roula à ses pieds. Pourtant la chambrette était vide !

 

« Grand Dieu ! Quel est encore ce sortilège ?

- N’aie pas peur, pauvre Dominique. Tu ne me vois pas mais je suis près de toi. Je suis Nayou Canaillou, petit génie de la Batbielle, fils de fée et de croque-mitaine, qui rend riche celui qui l’entend. Si tu m’écoutes, il y aura de tels écus pour toute la population de Lapause, de Sainte-Christine et de Garue. »

 

Le génie parla longtemps sans se faire voir, jusqu’à persuader le pauvre paysan d’aller trouver les moines de Sainte-Christine… Je ne sais ce qui s’est dit cette nuit-là. Mais quelques années après, au bord du gave, les moines achetaient des terres pour y bâtir une ville. En souvenir de Nayou, ils lui donnèrent le nom de Nay. Puis, les gens qui habitaient sur les coteaux de Bénéjacq, Bordères et Lagos, petit à petit, quittèrent les villages de Lapause, de Sainte-Christine et de Garue, aujourd’hui tous disparus, pour aller s’installer dans la nouvelle cité où ils trouvèrent la prospérité promise par le génie. Dominique n’entendit plus jamais parler de Nayou.

suite