Joandet Saubat, vicari e broish de Nai, qu'ei un abbat fanatic. Vestit sobrament, lo capèth rebaishat, que'u prenen per un jesuita mes que mescla a la soa aparenta devocion, practicas dobtosas. D'un costat, qu'exorcisa e de l'aute qu'entertien las supersticions e mia au broishami hemnas e mainats. Que's ditz francament broish. Los escrius de l'abbat Bonnecaze que contan notablament l'empresa qu'exerceish sus un mainat de Bordetas a qui balha la soa proteccion.

Au despart, lo joen abbat que cred de segur aus poders sons e cèrca a guarir maladias vertadièras e maus dats (dab maishants hats). Puish, profieitant de la credulitat deu monde e avuglat per sa notorietat creishenta, qu'eslissa en l’impostura. Que denoncia pretenduts maus dats que s'encarga en seguir de recussar. L’argent ne sembla pas estar la mira soa. Pertot on passa, ne parlan pas que de desordis, escandales e calomnias. En 1763, qu'ei acusat « de se mêler de guérir les prétendus sortilèges.» Que'u vienen arestar mes que s'en-huei per ua pòrta desraubada, en camisa « avec sa culotte à la main ». Que s'endòsta quauquas annadas en Bigòrra, puish que's torna installar a Pau e torna préner las activitats soas. Que's cambia en ua traca de gavidaire e forma autes fauç-broishs com lo Jan Tuquet de Lovia-de-Baish, Maria Lamarque de Nai qui desliura potingas aus malauds o Poeygaraud de Nai (Clarac) qui practica la magia e los broishamis. Saubat qu'ei caperan de Doazon, en 1779, au moment deu procès obèrt peu Parlament de Navarra. Los broishamis que son generaument admetuts e qu'inspiran la cranhta, au punt que los jurats de Nai e de Lovia ne portaràn pas planhta contre Saubat e Tuquet e qu'ac haràn plan díser hens lo dossièr de justicia.

Joandet Saubat, vicaire et sorcier de Nay, est un abbé fanatique. Habillé sobrement, le chapeau rabattu, on le prend pour un jésuite mais il mêle à son apparente dévotion, des pratiques douteuses. D'un côté, il exorcise et de l'autre il entretient les superstitions et entraîne dans la sorcellerie femmes et enfants. Il se dit ouvertement sorcier. Les écrits de l'abbé Bonnecaze relatent notamment l'emprise qu'il exerce sur un gamin de Bourdettes qu’il prend sous sa protection.

Au départ, le jeune abbé croit sans doute à ses pouvoirs et cherche à guérir de vraies maladies et des « maux donnés » (avec des mauvais sorts). Puis, profitant de la crédulité des gens et aveuglé par sa notoriété grandissante, il glisse dans l’imposture. Il dénonce de prétendus mauvais sorts qu'il se charge ensuite de repousser. L’argent ne semble pas être son mobile. Partout où il passe, on ne parle que de désordres, scandales et calomnies. En 1763, il est accusé « de se mêler de guérir les prétendus sortilèges.» On vient l'arrêter mais il se sauve par une porte dérobée, en chemise « avec sa culotte à la main ». Il se réfugie quelques années en Bigorre, puis revient s'installer à Pau et reprend ses activités. Il devient une sorte de guide et forme d'autres faux-sorciers comme Jean Tuquet de Louvie-Juzon, Marie Lamarque de Nay qui délivre des remèdes aux malades ou Poeygaraud de Nay (Claracq) qui pratique la magie et les sortilèges. Saubat est prêtre de Doazon, en 1779, au moment du procès ouvert par le Parlement de Navarre. La sorcellerie est généralement admise et inspire la crainte, au point que les jurats de Nay et de Louvie ne porteront pas plainte contre Saubat et Tuquet et le préciseront bien dans le dossier de justice.