Lo Gave de Pau qu'ei l'esquia de la Vath-Vielha. Que l'a dessenhada, que'n fertiliza la plana e qu'a permetut atau l'installacion d'ua populacion nombrosa, vivent  deu tribalh de la tèrra e utilizant l'energia de l'aiga. Sus las arribèras, que s'i son bastidas corderadas de vilatges plan agropats e chic aluenhats los uns deus autes. 

Mes lo gave que hè tanben puisheu aus escambis enter las duas arribèras. La vila de Nay que'n ei lo simbèu, èra qui estè hèra de temps separada en duas citats : Clarac, sus la riba dreta, cap deu canton dit uei de "Nay-Est" e Nay, de l'aute costat, cap deu "canton de Nay-Ouest".

A l'Atge miejancèr, las bastidas de L'Estèla, Nay e Assat que son construsidas sus las granas rotas, en lòcs d'importéncia estategica e, notablament, au ras deus ponts qui passavan dejà lo gave. A Coarasa, pas hèra luenh deu castèth, que'n i avè un tanben ligant la citat a Aigon.

Qu'èran tots bastits dab husta e qu'avèn d'estar sovent agergats o reconstrusits permor de la fòrça deu briu e de las inondacions. (Per exemple, lo pont de Bètharram qu'ei destrusit per las aigas en 1646, 1676 e 1678.) L'un au darrèr de l'aute, que seràn remplaçats per ponts de pèira, deu s. XVIIau au s. XXau.

Le Gave de Pau est l'épine dorsale de la Vath-Vielha. Il l'a dessinée, il en fertilise la plaine et il a permis ainsi l'installation d'une population nombreuse, vivant du travail de la terre et utilisant l'énergie de l'eau. Sur les berges, se sont bâtis des chapelets de villages bien groupés et peu éloignés les uns des autres. 

Mais le gave fait aussi obstacle aux échanges entre les deux rives. La ville de Nay en est le symbole, elle qui fut longtemps séparée en deux cités : Claracq, sur la rive droite, chef-lieu du canton dit aujourd'hui de Nay-Est et Nay, de l'autre côté, chef-lieu du canton de Nay-Ouest.

Au Moyen-âge, les bastides de Lestelle, Nay et Assat sont construites sur les grandes routes, dans des lieux d'importance stratégique et, notamment, auprès des ponts qui traversaient déjà le gave. A Coarraze, pas très loin du château, il y en avait aussi un reliant la cité à Igon.

Ils étaient tous réalisés avec du bois de charpente et ils devaient souvent être réparés ou reconstruits à cause de la force du courant et des inondations. (Par exemple, le pont de Bétharram est détruit par les eaux en 1646, 1676 et 1678.) L'un après l'autre, ils seront remplacés par des ponts de pierre, du XVII° au XX° s.